20-12-2020

Je sais, je veux, je peux, coopérer et transformer la Société !

La période "pas ordinaire" qui vient de s’écouler, pour se poursuivre pendant un temps "non défini", va-t-elle réveiller les consciences et les talents afin de faire bouger les lignes dans la lutte contre la précarisation et la destruction continue des écosystèmes ?

En effet, face à la conjoncture sociétale, il est évidemment important de faire les constats, d’exprimer ses pensées, sa colère… Mais au-delà, ne devrions-nous pas entreprendre des transformations dans nos modes de vie en repensant différemment nos sociétés ?  

Les solutions étant dans les capacités à affronter les dérèglements subis dans tous les domaines, les natures qui voient le verre à moitié plein sont poussées à dire "oui", car penser et agir donne un sens à la vie.

Cependant, la réussite ne peut qu’être "ensemble" parce que, mis à part que cela va permettre d’aller plus vite et plus loin, la complexité et l’incertitude de la situation imposent la nécessité d’anticiper l’avenir en améliorant les capacités de réaction du plus grand nombre.

Oui Ensemble met sa pierre à l’édifice.

Les bouleversements planétaires conduisent aux désordres sociaux qui sont devenus aujourd’hui "la priorité et le centre d’intérêt".

La montée des "maux" sociétaux exige de concevoir, entre autres, "des modèles de services et de nouveaux cadres d’intervention auprès des publics vulnérables".

Les équipes de France Stratégie se sont penchées sur le modèle de développement français, dont les failles et les limites ont été mises en lumière par la crise sanitaire. ►Les métiers les plus vulnérables ont été décryptés, car « au-delà de sa dimension économique, la crise sanitaire a affecté les conditions de vie et les conditions de travail, renforçant des vulnérabilités existantes et en générant de nouvelles ».   

Nous soulignons : ~ que l’économie est circulaire et dépendante des uns et des autres, ~ et que les belles et moins belles personnes sont partout. En conséquence, nous avons abordé les mutations sociétales avec un projet piloté sur une cause commune, le « Bien Vieillir Longtemps Ensemble », en proposant de :  

  • Gommer les préjugés conflictuels entre les différents statuts juridiques des modèles économiques, réputés "lucratifs" (statuts SARL, SAS, SCI, etc.) ou "non lucratifs" (statuts Fondations, ONG, associations, ESS, etc.).
  • Gommer le schéma clivant qui veut que toutes les personnes hébergées sous statuts "non-lucratifs" répareraient ce que toutes les personnes hébergées sous statuts "lucratifs" détruiraient.

Le modèle économique que nous avons conçu tient compte : ~ des trois transitions sociétales (économique, numérique, démographique), ~ de la logique de la maitrise de l’outil de travail légitimant l’autonomie financière, ~ du développement des activités articulées sur un maillage d’acteurs, en national et transnational, publics et privés sous tous statuts juridiques.

Notre démarche globale s’est concrétisée en intégrant les volets sociaux et économiques avec les champs d’action des modes de vie durables, le tout architecturé en interdépendance : ~ sur des moyens éthiques, ~ et sur une mobilisation qui part des réalités de chacun, dans le respect de l’individualité et celui de l’ouverture aux autres.

Pragmatiques devant les ruptures en cours, nous nous sommes positionnés sur le « Maintien en activité dans un autre regard », adapté à chaque étape de la vie, en cheminant :

  • Sur le volet France, avec une action qui intègre l’évolution des modes de vie déplaçant le travail au domicile des particuliers. Celle-ci insère les ►métiers à domicile dans le paysage économique local sur un autre plan, en ciblant l’entreprise comme intervenant-clé pour seconder leur professionnalisation par des passerelles solidaires, ►nos services de rénovation du Bâti en sont un exemple.
  • Sur le volet international, avec entre autres actions, celle qui ►agit sur la question des migrants.

Fidèles à nos convictions, par le biais de notre Organisation Sociale Inclusive en Réseau « Oui Ensemble », nous œuvrons contre la précarité en redonnant du sens et de la valeur au travail, tout en répondant, de manière personnalisée et à la carte, aux besoins en Ressources Humaines : ~ des particuliers, ~ et des personnes "morales".

Notre action est ancrée sur une approche coopérative reconfigurant les équipes et les services à échelle humaine, en sous-tendant le principe de partage du pouvoir, tant en interne qu’entre les acteurs publics et privés de l’économie, la communauté Travail et les citoyens.

Les interdépendances, que nous avons orchestrées au sein de notre modèle économique, facilitent les coopérations solidaires sur le "donnant-donnant" entre tous les Entrepreneur(e)s Sociaux(ales).

La pérennité de notre projet d’intérêt général est donc consolidée par nos Entrepreneur(e)s rétribué(e)s qui sont encouragé(e)s à :

  • Innover.
  • Dispenser des missions sur le terrain que nous avons :
    ~ harmonisées en interactivité entre 5 compétences clés rattachées à leurs fonctions principales (Recruteur // Formateur // Tuteur // Coordinateur // Développeur),             ~ décloisonnées entre 7 Pôles d’Activités dans le but de satisfaire les « Besoins humains en interaction avec le climat ».

Le tout détermine une colonne vertébrale pour le "Maintien de l’équilibre et de la bonne santé", le "Lieu de vie" et la "Vie sociale", sur laquelle nous sécurisons les savoir-agir de nos concitoyens qui souhaitent : « Travailler autrement, Vivre dignement et Vieillir sereinement ». 

Nous favorisons la manifestation des compétences transversales responsables des membres du réseau en faisant coexister :

  • Le ‟savoir-faire”, au sens large du terme : ~ Connaissance. ~ Pratique. ~ Comportement relationnel. ~ Aptitude physique.
  • Le ‟vouloir-faire” : ~ avec une gouvernance organisée sur la reconnaissance du pouvoir et de l’autorité par les compétences, en appliquant une politique des Ressources Humaines dans la dynamique de bottom-up, conduite dans le cadre de l’évaluation de la performance globale. ~ et avec un montage des rémunérations, en corrélation avec la valeur des compétences et le temps de travail, que nous avons modélisé en associant un “business-model” qui permet de garder un équilibre équitable entre les rétributions de conception et celles opérationnelles sur le terrain. 
  • Le ‟pouvoir-faire” : ~ avec un modèle économique qui boucle le cycle complet commercial-production-gestion, ~ et avec un SIRH (Système Informatique Ressources Humaines) mis à disposition de façon à soutenir en temps réel leurs activités au service des clientèles.

Notre « Maintien en activité dans un autre regard » englobe les actifs en emploi et ceux privés d’emploi, ainsi que les retraités professionnels avec ou sans besoin de complément de revenus.

Oui Ensemble, centré sur les résultats de son action, met en cohérence les fonds alloués à la formation avec le retour ou le maintien en activité qui peut être, rétribué ou bénévole, en fonction des besoins individualisés des professionnels.

Nous nous investissons sur l'activité au sens large du terme et sur l'emploi, c’est-à-dire le retour progressif à l'emploi ainsi que la cessation progressive, l'externalisation, en intégrant les notions de pénibilité et de travail soutenable pour les personnes en usure professionnelle physique ou psychologique.

Nous constituons un vivier de professionnels désirant rester auteur de leur vie, avec des compétences transversales entre tous les métiers au domicile des particuliers et ceux dans les multiples Organisations.