23-12-2020

Notre vie va-t-elle finir rangée dans une valise ?

Caroline TRÉMAN, dans Presse Océan, a relayé ►Muriel COURTAY, directrice de la maison de retraite protestante (Fondation Armée du Salut) sur l’Île de Nantes, avec son alerte sur les professionnels qui se rarifient dans son secteur d’activité sous l’emprise de la crise sanitaire : 
«… Comme partout, lors de la première vague du Covid-19, les salariés ont tenu le coup. Puis, certains ne sont pas revenus. J’ai eu deux abandons de poste et cinq arrêts maladie en août. C’était catastrophique dans une période comme celle-là. …Aujourd’hui la crise des vocations s’est amplifiée. On pensait avoir des candidatures après la rentrée. Il n’y en a pas eu. Cela devient trop compliqué de faire tourner les maisons de retraite. J’ai dû interrompre les admissions à un moment donné… ».

Le regard Oui Ensemble sur le monde des personnes vieillissantes.

L’idée de notre projet étant née suite à des témoignages d’aînés en fin de vie, qui nous ont convaincus que le bonheur se trouvait dans une alchimie entre le respect de son individualité et celui de l’ouverture aux autres, nous ne pouvons qu’exprimer notre bienveillance à leur égard.

Qui s’émeut sur le devenir des personnes âgées ?

La coutume est de chasser les sorcières. Alors qui est responsable de cet état des lieux ?

Les pouvoirs publics, qui ne libèrent pas assez de fonds ?... Les citoyens, qui considèrent payer déjà assez d’impôts ? La froideur de la gestion de la finance, qui dicte ses lois ?... Les professionnels, qui sont jugés insuffisamment formés, ignorants ou peu motivés ?... Les personnes âgées, qui restent sourdes aux solutions alternatives, et qui, malgré elles, finissent par provoquer leur entrée en maison de retraite de façon prématurée ? Leurs enfants, qui ne peuvent pas ou ne se sentent pas capables de les prendre en charge, ou qui craignent d’être envahis par leurs maux ?...

C’est peut-être le cumul d’un ensemble de raisons pimentées des effets collatéraux de relations familiales désharmonieuses et qui complexifient le paysage ? Sans oublier que la vieillesse précède la mort qui est difficile à affronter !

Face à la problématique, dont le cri d’alarme du jour ne fait qu’enfoncer le clou sur ce que nous savons depuis de nombreuses années, aurait-on choisi de fuir collectivement ?

Le chemin que nous avons pris en faveur des personnes vieillissantes

Oui Ensemble a été conçu, entre autres, dans le recul de nos savoirs et de nos expériences auprès des publics vieillissants.

La vision « Bien Vieillir Longtemps Ensemble » part du principe que, quels que soient les âges, nous avons en commun les mêmes besoins. Qui ne les connait pas, hiérarchisés sous forme d’une pyramide dans les années 1940 par le psychologue Abraham Maslow ?

Cependant, il est apparu un nouveau besoin depuis : d’éternité, d’immortalité ou tout simplement de temps.

Ce besoin, qui justifie le phénomène de l’allongement de l’espérance de vie, n’entrerait-il pas en conflit avec nos comportements, celui de fuite devant le vieillissement, et celui de destruction de nos environnements ?

Pourquoi avons-nous compartimenté les publics vieillissants dans des cases numérotées par tranches d’âges ? Pourquoi voulons-nous les inviter à ranger leur vie dans une valise et à se stocker entre eux dans une cage, aussi belle soit-elle ?

~ En quoi la population vieillissante est-elle différente ? Qu’est-ce qui l’oppose à celle plus jeune ?

~ Immergés au cœur d’un monde centré sur soi et dans le déni de l’autre, ne serions-nous pas tous responsables du regard porté sur nos aînés vieillissants ?

Les besoins humains étant le tronc commun à chaque étape de la vie, et notre logique étant de sortir des clivages, nous pouvons apporter un soutien, personnalisé et à la carte, aux aîné(e)s vieillissant(e)s, grâce à nos passerelles solidaires orchestrées en interdépendance entre ►toutes les personnes essentielles dans une société.

Le contour de l'inclusion sociale que nous avons dessiné en interaction, dans la société, dans son rapport à l'environnement, et dans les milieux professionnels, fait donc corps avec nos aînés et notre fonctionnement éthique inscrit dans une mise en perspective de développement durable et de prévention.

Nous complétons les savoirs en coopérant avec un réseau élargi d’acteurs, comme par exemple ►l’Ecole des Grands-Parents Européens, dont la mission « de réflexion sur le statut des grands-parents dans la famille et la société » cadre complètement avec notre cause.   

Au sein de sociétés construites dans les relations aux autres avec une dimension de reconnaissance, nous encourageons nos aînés à rester "auteur de leur vie" le plus longtemps possible, afin de retarder leur perte d’autonomie provoquée par l’isolement.

En équipe, et aux côtés des professionnels du secteur, nos Entrepreneur(se)s Sociaux(les) sont un appui pour les personnes âgées qui ne désirent pas entrer dans une maison de retraite : ~ ils soutiennent leurs "savoir-faire" qui font référence aux capacités à rester autonomes et responsables à leur domicile, ~ ils favorisent leurs "savoir-être" qui font référence aux capacités à bâtir des relations interpersonnelles de façon à optimiser la compréhension mutuelle.

Notre approche sur le « Maintien en activité » de nos aînés est rattachée : ~ à leurs bilans de santé, ~ à la maîtrise des coûts, ~ et à la revalorisation des aidants professionnels par les ► savoir-faire, vouloir-faire, et pouvoir-faire, de manière à sécuriser les prises en charge sur la durée.

Guidé(e)s par leur esprit de famille, nos entrepreneur(se)s épaulent les personnes en perte d’autonomie pour leur droit au vieillissement serein, ►parce qu’elles sont déjà rendues là où on s’en va, parce que demain nous serons ce qu’elles sont aujourd’hui !  

En synergie avec les proches, à domicile ou dans une collectivité, les aîné(e)s sont accompagné(e)s vers une fin de vie paisible…